16 JUIN

2020

Actions , Thèmes

Un rally sur la Value dans les marchés développés

 

Actions européennes : forte progression du marché en mai

Equities

Les marchés mondiaux des actions ont poursuivi leur rebond spectaculaire en mai, malgré les très belles performances du mois d’avril. L’économie mondiale est-elle tirée d’affaire ? Clairement, non. La plupart des indicateurs macroéconomiques restent profondément en zone rouge. Mais la réouverture progressive de l’économie mondiale après plusieurs mois de confinement, associée aux plans de relance massifs dans toutes les régions du monde, ont incité les investisseurs à regarder au-delà de la situation économique actuelle. Les actions de style « Value », qui avaient largement sous-performé le marché sur quasiment tous les horizons d’investissement, ont clairement surperformé.

Les actions européennes ont fortement progressé en mai. Les investisseurs, faisant abstraction du regain de tension politique, sont restés optimistes envers les perspectives économiques mondiales. Les gouvernements européens ont continué à assouplir les mesures de confinement de la population, rassurés par le fait que la levée des restrictions n’ait pas entraîné une seconde vague de contaminations. Les banques centrales et les États ont annoncé de nouveaux plans de soutien, sans pour autant lancer de programmes plus ambitieux que les précédents. Par ailleurs, la commission européenne a proposé un plan de relance de 750 milliards €, comprenant des aides à hauteur de 500 mds € et 250 mds € de prêts.

Du côté des chiffres économiques, le PIB du 1er trimestre a chuté de -14,2 %, un rythme globalement en ligne avec les données flash. De plus, le taux de croissance de l’emploi au 1er trimestre 2020 s’établit à -1 % sur un trimestre glissant. La plupart des indicateurs avancés – tout en restant profondément en zone rouge – commencent à se rétablir après la crise, avec la réouverture progressive de l’économie mondiale. Dans l’ensemble, les résultats des entreprises pour le 1er trimestre ont été légèrement meilleurs que le marché ne l’avait craint.

Selon nous, l’économie européenne devrait pouvoir rattraper la faiblesse des BPA d’ici 2021 dans le contexte d’une reprise potentiellement soutenue.

Comme nous l’attendions, les financières, l’énergie, l’automobile et les industrielles ont nettement surperformé fin mai et début juin. En effet, le scénario le plus pessimiste intégré par les marchés s’était reflété dans les cours. Aujourd’hui, grâce au rally des valeurs cycliques, elles surperforment. En revanche, les secteurs de la santé et des biens de consommation de base, qui avaient enregistré des performances particulièrement solides depuis le début de la crise, ont commencé à sous-performer. En termes de styles, la Value et les petites capitalisations ont nettement surperformé et continuent d’afficher des valorisations attrayantes.

Nous conservons notre forte conviction sur les titres Value, car ce style – et tout particulièrement les financières – offre toujours des valorisations très intéressantes. L’écart de valorisation (value gap) demeure à des niveaux extrêmes et le marché reste largement absent de ce segment. De plus, contrairement à la période de crise financière mondiale, les banques disposent de suffisamment de capital pour résister à cet épisode de stress.

Par conséquent, nous continuerons de suivre de près la performance du style Value durant la reprise du marché lors des semaines et des mois à venir. La poursuite du rally sur ce type de valeurs nous semble en effet très probable, car les PMI devraient continuer à s’améliorer.

Notre surpondération du secteur de l’automobile et notre forte surpondération des banques ont été payantes depuis le dernier comité de gestion. Cependant, nous repositionnerons nos fonds en privilégiant les valeurs de qualité / croissance lorsque l’écart de valorisation du style Value se sera normalisé.

Selon nous, les niveaux de déficits et de dette publique observés à travers le monde auront un impact négatif sur le PIB mondial pour les 5 prochaines années. C’est pourquoi nous privilégions la qualité et la croissance à long terme.

Par conséquent – et sur la base de valorisations très attrayantes – nous conservons notre forte conviction sur les banques de détail. Nous conservons également notre position vendeuse sur le secteur de l’assurance, car les ratios de solvabilité des assureurs se sont inscrits en forte baisse. Si notre opinion positive sur l’automobile est maintenue, car les décotes restent attrayantes, nous cherchons une stratégie de sortie. Nous continuerons de suivre attentivement la performance du style Value lors de la reprise du marché dans les semaines et les mois à venir, une période qui devrait être propice à une surperformance des actions Value. De plus, nous conservons notre exposition positive aux secteurs de l’équipement de la maison et de la personne et à l’alimentation & boissons. Les revenus de ces valeurs résistent bien et elles continuent d’afficher des valorisations intéressantes et d’offrir de bons retours aux actionnaires.

 Equities Europe

 

Actions américaines : forte surperformance des actions Value

Le nombre de cas de coronavirus continue de progresser aux États-Unis, mais le rythme de croissance décélère. De nombreuses mesures de restriction de l’activité restent en vigueur, même si la plupart des États ont déjà commencé à lever progressivement le confinement. Selon le président de la Fed, Jérôme Powell, le coronavirus engendrera des risques sans précédent pour l’économie américaine si les décideurs politiques et les banquiers centraux ne relèvent pas correctement le défi. Par ailleurs, un renforcement des plans de relance, notamment budgétaires, sera peut-être nécessaire compte tenu des fortes incertitudes qui pèsent sur les perspectives économiques actuelles.

Du côté des indicateurs économiques, les inscriptions au chômage ont bondi : le taux de personnes sans emploi s’établit à 20 % en mai. Cependant, le rapport sur l’emploi du 5 juin indique une amélioration considérable de la situation. L’emploi salarié hors secteur agricole a ainsi progressé de 2,5 millions en mai et le taux de chômage a baissé, pour atteindre 13,3 %. Ces améliorations sur le marché du travail reflètent un retour modéré de l’activité économique qui avait été restreinte en mars et en avril en raison de la pandémie de coronavirus (Covid-19) et des mesures prises pour la contenir. La reprise de l’activité est désormais amorcée, avec la réouverture de quasiment tous les États. L’ISM non-manufacturier a enregistré une légère progression en mai.

Le regain de tensions entre les États-Unis et la Chine, ainsi que le contexte politique – qui se dégrade suite à la récente intensification des tensions raciales, sont des facteurs de risques pour le reste de l’année.

Nous avons continué d’observer des flux positifs sur les marchés des actions au début du mois de juin. Par ailleurs, les indicateurs avancés devraient poursuivre leur amélioration, grâce au redémarrage de l’activité économique.

Conformément à nos attentes depuis le dernier comité de gestion, les titres Value, comme les financières, l’énergie et les industrielles, qui avaient sous-performé le marché sur quasiment tous les horizons, ont nettement surperformé, après avoir atteint des niveaux de décote extrêmes. En revanche, les secteurs défensifs (par exemple, la santé et les biens de consommation de base), qui avaient enregistré de belles performances depuis le début de la crise, ont continué de sous-performer.

Malgré le rally actuel des actions Value, les titres de croissance restent chers en relatif, notamment si l’on regarde les financières. Les actions Value pourraient donc continuer à surperformer au cours des prochaines semaines, selon nous.

Lors de notre dernier comité de gestion, nous avons renforcé notre exposition aux financières qui sont passées à « surpondérées ». Ce choix tactique a été pris au bon moment et a permis de générer une belle surperformance. A contrario, notre surpondération de la technologie, de la santé et des services de communication a pesé sur notre performance, ces secteurs étant actuellement proches de forts points de résistance.

Nous avons allégé notre surpondération du secteur de la technologie de +2 à +1 dans une optique de prise de bénéfices. Notre exposition aux industrielles a été renforcée car le secteur offre toujours des valorisations intéressantes (extension possible du rally sur la Value). Nous conservons notre score sur les banques de qualité qui continuent d’afficher des niveaux de valorisation attrayants. Par ailleurs, nous estimons que le rally sur les actions Value pourrait perdurer dans les prochaines semaines. Nous avons réduit notre surpondération du secteur de la technologie de +2 à +1 afin de prendre des bénéfices. Nous conservons notre surpondération des services de communication, sur la base de valorisations attrayantes, sachant que les contraintes réglementaires sont passées au second plan compte tenu du contexte économique actuel. Enfin, notre exposition positive au secteur de la santé a été maintenue, malgré les valorisations élevées car nous ne voyons aucun facteur capable de provoquer une inflexion de tendance. Cependant, nous suivrons attentivement les élections américaines.

 Equities US

 

Actions émergentes : optimisme économique et tensions politiques

Les marchés émergents ont progressé de 0,6 % en mai, tout en sous-performant les pays développés de 4 %. L’optimisme qui avait été alimenté par le ralentissement du taux de contamination au coronavirus, l’assouplissement des mesures de confinement et l’espoir d’un vaccin potentiel, ainsi que par les baisses de taux effectuées par onze banques centrales émergentes durant le mois, s’est essoufflé sur fond de craintes croissantes liées au regain de tension entre les États-Unis et la Chine. Les cours du pétrole ont fortement remonté en mai, soutenus par le retour de la demande et la perspective d’une baisse de l’offre mondiale. Les autres matières premières ont également rebondi ; les cours de l’or se sont appréciés en raison de la faiblesse des données économiques aux États-Unis et des tensions sino-américaines.

En Asie, la Chine a été touchée par le regain de tension avec les États-Unis sur le commerce, qui se sont étendues au secteur de la tech (restrictions sur l’approvisionnement de Huawei), de la finance (cotation des ADR) et à la géopolitique, avec une réaction brutale des États-Unis, et des manifestations à Hong Kong contre une « loi de sécurité nationale à Hong Kong » imposée par Pékin. L’Inde a également sous-performé en raison de la forte propagation du Covid-19, malgré l’annonce d’un plan d’aide économique représentant 10 % du PIB ; Même constat pour Taïwan  avec la sous-performance du secteur de la technologie. L’Amérique latine a enregistré les meilleures performances : le Mexique et le Brésil (malgré la dégradation de la situation sanitaire et politique) se sont inscrits en forte hausse, soutenus par l’évolution de la dynamique commerciale mondiale, tout comme l’Argentine (malgré le risque de défaut sur sa dette), principalement grâce à l’appréciation de leurs devises. Les pays de l’EEMEA (Europe de l’Est, Moyen-Orient, Afrique) ont progressé, notamment la Pologne et la Russie, portés par la hausse des cours du pétrole durant le mois.

Du côté des devises, le dollar s’est incliné, tandis que le peso mexicain, le rouble russe et le peso colombien ont affiché les meilleures performances. Du côté des secteurs, la santé, la consommation discrétionnaire et l’énergie sont en tête ; la tech et les financières ferment la marche en mai.

Nous avons renforcé notre exposition aux financières, qui passe de « sous-pondérée » à « neutre ». Depuis la fin du mois de mai, compte tenu de l’écart de valorisation extrême entre la croissance et la Value, nous avons commencé à réduire le risque de portefeuille en intégrant des valeurs cycliques. Début juin, la réduction du risque de portefeuille est passée, notamment, par une réorientation en faveur des cycliques, tout particulièrement les financières, mais également les matériaux (moins d’or, plus de métaux en vrac/de base), les industrielles et l’énergie (exploration et production). Ces investissements ont été majoritairement financés par des ventes au sein du secteur de la santé et de certains segments de la technologie. Nous avons allégé notre exposition à la santé, qui passe de « surpondérée » à « neutre », afin de prendre des bénéfices (valorisations élevées). Ces mouvements nous ont également permis de financer notre exposition à la Value cyclique.

Fin mai, nous avons fait le choix tactique de renforcer notre exposition à l’Amérique Latine, qui est passée de « sous-pondérée » à « neutre » afin de nous positionner sur une région offrant typiquement des opportunités Value et cycliques (financières, énergie, matières premières) fortement décotées. Structurellement, la région reste fragile en raison d’une situation sanitaire (Covid-19) et économique difficile. Les tensions politiques se sont également poursuivies tout au long du mois de mai.

Nous sommes désormais neutres sur les pays de l’ASEAN. La région avait touché un creux après une longue période de sous-performance, mais a bénéficié d’une reprise partielle en avril 2020.

Nous avons allégé notre exposition à la Turquie et avons tactiquement réduit notre exposition au Brésil, qui passe à « sous-pondérée » face à la dégradation de la situation sur le front politique. En parallèle, nous privilégions les entreprises de qualité exposées aux marchés étrangers, tout en réduisant notre positionnement sur les valeurs domestiques.

Notre exposition au secteur des matériaux a été renforcée, passant à « surpondérée » ; nous nous intéressons particulièrement aux entreprises aurifères et liées aux infrastructures.

 Equities Emerging markets
Equities Sectors