Substitut au crédit bancaire, la dette privée proposée par des sociétés de gestion d’actifs spécialisées est une source de financement qui a le vent en poupe. La classe d’actifs pèse aujourd’hui plus de 1 000 milliards de dollars et devrait continuer à croître à rythme soutenu au cours des prochaines années.

La dette privée comble un vide pour l’emprunteur… et pour l’investisseur

De nombreuses entreprises de qualité sont trop petites pour accéder aux marchés de la dette publique et constatent également que le crédit bancaire s’adresse aux acteurs de taille plus importante. Certaines estiment que des gérants spécialisés et compétents sont les mieux armés pour s’adapter à leurs besoins de financement.

Côté investisseurs, le  gisement de ces prêts directs constitue un placement intéressant, avec un rendement relativement plus élevé aux outils obligataires plus traditionnels.  

Des rendements élevés, une documentation plus stricte et des exigences en capital réglementaire inférieures à la moyenne peuvent offrir de réels avantages, notamment pour les assureurs.

Kartesia-1.png