25 SEPT.

2017

Revenus fixes , Stratégies d'investissement mensuelles , Thèmes

Position longue euro et exposition tactique au dollar canadien

STRATEGIE DEVISES

Position longue euro et exposition tactique au dollar canadien

Le dollar – entaché par des données économiques faibles provenant des États-Unis et par l’approche prudente de la Réserve fédérale – poursuit son repli et l’euro semble constituer « la » devise de choix pour les investisseurs étrangers. L’accélération du cycle d’activité, l’amélioration des indicateurs macro-économiques et une banque centrale qui semble décidée à réduire son programme d’assouplissement quantitatif, continuent à fournir un socle solide à une position longue euro, en dépit de son excellente performance récente. Par ailleurs, le dollar canadien présente également des atouts, grâce à une amélioration du cycle d’activité et à une banque centrale qui est devenue plus agressive récemment.

Bien que les différentiels de taux demeurent pénalisants, le yen – selon notre cadre d’analyse de long terme – paraît intéressant. Dans le contexte actuel imprégné d’incertitude géopolitque et de risques d’évènements, le yen reste une valeur refuge attrayante et un actif de diversification.


Devises émergentes: surpondération des devises liées aux matières premières

Les devises émergentes ont rebondi depuis le début de l’année, portées par une solide dynamique de croissance dans ces régions ainsi que par une croissance plus synchronisée à l’échelon mondial, qui s’étend jusqu’à la zone euro et au Japon. Cette tendance devrait, selon nous, se poursuivre, en dépit de certains pics de volatilité qui devraient survenir lors du processus de normalisation des politiques monétaires et des réduction de bilan dans les marchés stratégiques comme les États-Unis et la zone euro. Nous détenons une position acheteuse sur les devises émergentes et une position vendeuse sur le dollar américain, ainsi que des positions surpondérées aux devises sous-évaluées liées aux matières premières comme le rouble , le sol péruvien, la roupie indonésienne ainsi que le ringgit malais. Ces devises devraient en effet générer de belles performances en raison de leur rendements réels élevés, et de positions externes relativement solides. Nous conservons notre surpondération du baht thailandais, en raison d’une dynamique solide de son bilan externe, ainsi qu’une surpondération de la livre turque, en raison d’une valorisation attractive à long terme et du resserrement de la politique de sa banque centrale.

Ces surpondérations sont partiellement compensées par une sous-pondération structurelle du yuan chinois (CNH) et la sous-pondération tactique du peso philippin (PHP). Le yuan chinois devrait continuer à se déprécier à moyen terme, en raison de la libéralisation des capitaux et en raison d’un ralentissement de la croissance. Le peso philippin souffre, lui aussi, d’une détérioration rapide de ses positions externes.