20 FÉVR.

2017

Revenus fixes, Thèmes

Les primes de risque sur la dette externe ont largement régagné du terrain depuis les élections US

Les risques externes demeurent élevés dans les marchés émergents en raison de l’inquiétude considérable de l’impact des politiques de la nouvelle administration US et de l’effet du « Brexit ». Les marchés émergents ont entamé la période sur de solides fondamentaux, les risques principaux concernant cette classe d’actifs – le ralentissement économique chinois et la débâcle des matières premières – ayant décliné ces 18 derniers mois, la croissance repartant à travers les marchés émergents. Nous continuons à surpondérer la dette externe, étant donné notre opinion positive envers les matières premières et le pétrole en particulier, et des événements spécifiques commele re-rating de l’Argentine.

Les primes de risque sur la dette externe ont largement régagné du terrain depuis les élections US

Les primes de risque en devises fortes ont largement regagné du terrain depuis les éléctions présidentielles US. La dette émergente  ne présente aucun avantage en valeur absolue - à 317 pb, les spreads se traitant à l’intérieur d’une fourchette moyenne à 5 ans de 337pb, mais la valorisation relative par rapport aux compartiments du high yield des émergents et de l’Investment Grade est encore favorable, en particulier sur les segments simple et double B.

A court temre, les facteurs techniques sont neutres à positifs, l’offre en dette souveraine émergente est gérable et compensée par le volume élevé de coupons et remboursements au premier trimestre. Les flux vers cette classe d’actifs sont positifs depuis le début de l’année et nous estimons que les flux entrants dans cette classe d’actifs atteindront $20-40mds en 2017.

Dans ce contexte, nous conservons une position surpondérée dans le segment du high yield présentant des facteurs favorables comme en Argentine et au Ghana,  de même que dans le segment de crédits d’Europe de l’Est , comme en Bulgarie ou au Monténégro, dont les valorisations sont attrayantes. Nous avons renforcé notre allocation surpondérée au complexe énergétique avec nos positions surpondérées dans des pays comme le Vénézuéla, l’Angola, le Gabon, l’Azerbaîdjan et leKazakhstan, car nous pensons que les prix du pétrole vont se raffermir en 2017, suite à l’accord de l’OPEP qui devrait générer des réductions de production en 2017.

Nos sous-pondérations incluent des pays à faible bêta, dont les crédits sont sensibles aux Bons du Trésor US, et dont les valorisations sont tendues, comme le Panama, le Pérou, le Chili , l’Uruguay, les Philippines, et la Pologne. Nous prévoyons également de garder une faible exposition à certains pays du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord comme le Liban, qui souffre d’un risque politique élevé et de facteurs techniques moins porteurs. Ainsi qu’envers Oman, où il existe un risque lié à l’offre.

Courbes locales: une classe d’actifs encore attrayante, mais l’approche est sélective

Les taux locaux vont continuer à bénéficier de la désinflation sur les marchés émergents et des politiques accommodantes des banques centrales, bien que les cycles d’assouplissement soient plus légers qu’anticipé avant les élections US. La reprise de la croissance des pays émergents devrait également se poursuivre, la plupart de ces pays évoluant encore en-dessous de leur potentiel de croissance. Par conséquent, nous maintenons notre surpondération aux marchés high yield, soutenus par des taux d’intérêt réels élevés et par une dynamique de désinflation constructive, comme le Brésil, la Colombie et la Russie. Les politiques monétaires accommodantes dans les marchés émergents et les marchés développés favorisent une exposition aux parties médianes et longues des courbes de taux.

Nous surpondérons également les pays à bêta moyen comme l’Afrique du Sud et le Mexique, qui ont considérablement sous-performé et dont les valorisations intègrent désormais la plupart des risques politiques. Nous sommes également positifs envers les pays à bas rendements comme la Pologne (contre Bund allemand, le spread ayant atteint des niveaux extrêmes).

D’autre part, nous sous-pondérons les marchés à bas rendement asiatiques, tels la Thaïlande et la Malaysie, de même que les pays à bas rendement d’Europe centrale et orientale tels la Hongrie ou la Roumanie, qui présentent une sensibilité élevée aux Bons du Trésor US et des valorisations tendues.