23 MARS

2018

Revenus fixes , Thèmes

De manière stratégique, position longue en dollars et courte en euros

Stratégie devises

Le cadre général - fondé sur les écarts de taux, le portage du risque et les surprises économiques - est défavorable au dollar américain. Cependant, nous avons pour objectif de gérer l'exposition de façon tactique, les échanges demeurant vulnérables aux communications de la banque centrale, en particulier avec l'incertitude concernant la Réserve fédérale. En effet, un nouveau gouverneur de la Fed, au ton ferme, pourrait initier une réévaluation des anticipations du marché et soutenir temporairement le dollar américain. En outre, des facteurs à court terme (régime fiscal, budget, rapatriement des capitaux) continuent de soutenir le billet vert.

La banque centrale de Norvège devant ouvrir la voie à une hausse des taux en 2018, et notre notation restant très positive sur cette monnaie, nous avons maintenu notre position longue en couronne norvégienne.

Si les différentiels de taux restent pénalisants, le yen semble attractif sur la base de nos analyses à long terme. Dans l’environnement actuel marqué par des incertitudes géopolitiques et un risque événementiel bien présent, le yen demeure une valeur refuge de choix et un actif de diversification.

 

Devises émergentes : surpondération à court terme des devises exposées aux matières premières et maintien d’une position constructive à moyen terme.

Nous avons réduit tactiquement l'exposition aux devises émergentes en février bien que nous gardons une position constructive à moyen terme sur les devises des exportateurs de matières premières. Début mars, nous sommes revenus vers ces devises, dont les valorisations attrayantes et la dynamique de croissance stable étaient en ligne, en général, avec notre vision constructive à moyen terme sur les devises émergentes.

Dans l'ensemble, nous détenons une surpondération tactique des devises émergentes des exportateurs de matières premières (rial brésilien, sol péruvien et rouble russe) grâce à des attentes sur la surperformance des devises sensibles aux cours des matières premières dans un contexte de reprise de la croissance mondiale. Nous avons également une surpondération sur la roupie indonésienne en raison d'une bonne tolérance à la volatilité et d'une amélioration des conditions d’échange. Enfin, nous avons adopté une position surpondérée en rand, grâce à des prévisions de flux favorables et à une réévaluation à moyen terme due à la nomination d’un nouveau président.

Nous avons adopté une position sous-pondérée sur les monnaies asiatiques (yuan chinois, roupie indienne, ringgit malais, bath thaïlandais), basée sur des scores et valorisations de devises émergentes peu attractifs, des risques protectionnistes et de faibles risques de portage et de croissance.