23 OCT.

2018

Asset Class , Green Metals , SRI

Cobalt, le nouveau « blood diamond »

Un transport plus durable est un transport électrique à énergie décarbonée. Dans les principaux composants de la voiture « verte », la batterie est essentielle. Celles au lithium sont les plus utilisées aujourd’hui, intégrant plusieurs métaux dont le cobalt, cœur pour son effet stabilisateur. Mais au-delà de ses qualités intrinsèques, le cobalt n’est pas le plus « propre » en son royaume. 

Le cobalt est aujourd’hui utilisé, à hauteur de 30 %, dans les accumulateurs au lithium. Les 70 % restant sont destinés à la production de certains catalyseurs et alliages en acier. 

Le cobalt, par sa capacité à stabiliser et éviter le risque d’explosion des batteries au lithium est un élément central dans l’optimisation de la formule magique pour optimiser tous les éléments déterminant de la performance globale d’une batterie. Son inconvénient majeur réside dans son prix et la volatilité de ce dernier, les deux étant étroitement liés à la difficulté d’accès à cette ressource et au risque politique des pays où elle se trouve. En effet, plus de la moitié de la production de cobalt est concentrée dans la République Démocratique du Congo (RDC), pays récemment pointé du doigt pour soupçon de violation des droits humains, lié à la filière de production du cobalt. Selon les accusations de plusieurs ONG parmi lesquelles Amnesty International, la plupart du cobalt extrait en RDC provient de mines artisanales utilisant les enfants (certains de moins de trois ans) et aux conditions de travail dangereuses. Une fois racheté le cobalt aux petits creuseurs des mines artisanales, les entreprises impliquées font transiter le minerai par l’Afrique du Sud et la Tanzanie via plusieurs entreprises pour le « blanchir ». 

Face à cette volatilité des prix, le recyclage du cobalt fait partie des solutions qui doivent être envisagées, ce qui pourrait soulager la pression sur le prix et éviter le risque d’être complice de violation des droits humains en RDC. Certaines entreprises étudient des solutions pour extraire du cobalt via le recyclage des batteries. Cela pourrait représenter jusqu’à 10 % des besoins de ce métal dans le secteur automobile.  La filière du recyclage est en fort développement et sera sûrement une solutions clé quand les véhicules électriques mis sur le marché aujourd’hui arriveront en fin de vie. 

Umicore est une entreprise incontournable dans ce contexte. Leader dans la production des pots catalytiques et le recyclage des platinoïdes, elle se positionne à mi-chemin entre les technologies utilisées dans les moteurs à combustion interne (les platinoïdes pour les pots catalytiques) et les technologies du futur (les cathodes pour les batteries au lithium NMC). Sa vision de long terme et sa capacité à s’adapter aux exigences du secteur en fait un incontournable du point de vue ISR. Sa politique en matière de gestion du risque lié aux droits humains dans l’approvisionnement du cobalt en RDC est un élément essentiel qui nous confirme la solidité de son business model.