21 AOÛT

2019

Research Paper , SRI , Asset Class

Réduire l’empreinte carbone de son portefeuille - Exclusion vs. Optimisation

Les secteurs de l’énergie, des matériaux et des services aux collectivités étant responsables de la majeure partie des émissions de CO2 attribuables aux sociétés cotées, pourquoi ne pas simplement exclure ces secteurs de son portefeuille d’investissements ?

Une exclusion de ces secteurs reviendrait à ignorer environ 11% de l’indice MSCI© US et 14% de l’indice MSCI© World, sur base de données de février 2019. Ce type d’approche est couramment utilisée par certains ETF « bas carbone », car elle offre une manière simple et efficace de réduire les émissions de CO2 d’un portefeuille. L’approche d’exclusion entraîne toutefois, par définition, d’importants biais sectoriels. Ces derniers génèrent à leur tour des comportements de portefeuille défavorables dans certaines conditions de marchés et une tracking error plus élevée.

Tracking error, comparaison des méthodes d’Exclusion et d’Optimisation

Nous avons comparé ces deux approches en termes d’intensité carbone et de tracking error, en utilisant l’indice MSCI© World comme indice de référence. Toutes les simulations ont été effectuées fin février 2019. Dans la première approche, nous avons exclu de l’univers d’investissement les trois secteurs les plus intenses en carbone et avons réalloué leurs poids de façon proportionnelle au reste du portefeuille. Dans la seconde approche, nous avons utilisé un modèle d’optimisation du portefeuille et un modèle de risque pour minimiser l’empreinte carbone, en limitant les pondérations sectorielles afin qu’elles soient conformes à celles de l’indice de référence MSCI©.  

Le résultat de la simulation relative à l’exclusion sectorielle est indiqué par le carré vert sur le Graphique. Lors de la simulation, la méthode par exclusion a obtenu une réduction de 75% de l‘intensité carbone par rapport à l’indice de référence représenté par un triangle orange, mais avec une tracking error relativement élevée de 1,12%.

Pour évaluer l’approche d’optimisation, nous avons construit une série de simulations de portefeuille avec diverses combinaisons d’intensité carbone et de tracking error, indiquées par des X bleus. Le portefeuille optimisé au sein de la série pour lequel l’intensité carbone est similaire à celle de l’approche d’exclusion est marqué par un carré bleu: réduction de 75% de l’intensité carbone également, mais avec une tracking error sensiblement inférieure, à 0,27%.

L’approche optimisée réduit les risques causés par des biais sectoriels. Même si le portefeuille reste investi dans des secteurs intenses en carbone, il l’est, tout en restant concentré sur les sociétés les plus efficientes ou celles qui émettent le moins de carbone au sein de chaque secteur. Il suit ainsi les signaux de marché émis par les investisseurs et conforte les campagnes des investisseurs visant à promouvoir la responsabilité à l’égard du carbone au sein des secteurs intenses en carbone.

La publication est disponible uniquement en anglais.

TÉLÉCHARGER LA PUBLICATION


Cette publication est exclusivement réservée aux investisseurs professionnels.