28 SEPT.

2017

Performance absolue , Thèmes

Encore un jour au paradis

En août, les marchés se sont montrés réfractaires au risque à la suite des tensions militaires avec la Corée du Nord. La dynamique du marché a également fait une pause engendrée par une opinion plus prudente sur les bénéfices des sociétés européennes ayant subi la baisse des PMI de la zone euro et qui ont dû faire face aux vents contraires d'un euro fort.

En conséquence, la plupart des actions des marchés développés sont passées de stables à légèrement en baisse, à l'exception des actions de Hong Kong et de Chine continentale qui ont eu une faible progression à un chiffre. Les actions sud-américaines soutenues par les prix des matières premières, ont été également en hausse. Les secteurs qui ont sous-performé concernent principalement les secteurs de l'énergie, de la finance, des télécommunications et des biens de consommation alors que les secteurs de la technologie, des services aux collectivités, des matériaux et des soins de santé se sont bien comportés. Par ailleurs, les obligations ont rebondi avec des rendements à long terme se resserrant de 15 points de base en moyenne. Le dollar s’est déprécié par rapport aux principales devises à l'exception de la livre sterling. Sur les produits de base, la recherche de sécurité a entraîné la bonne tenue des métaux précieux. Le pétrole et les matières premières agricoles ont suivi une tendance baissière jusqu'à ce que les États-Unis et les îles des Caraïbes soient frappés par des ouragans.

L’indice HFRX Global Hedge Fund EUR a été légèrement en hausse.

STRATÉGIE LONG SHORT EQUITY

Les gérants long/short equity ont très bien performé en moyenne au cours du mois. Ils ont réussi à tirer profit des fondamentaux durant la période de publication des résultats, beaucoup d'entre eux générant des rendements absolus positifs pour leurs portefeuilles à long et court terme. Les gérants fondamentaux ont pu bénéficier de l'affaiblissement des fortes tendances directionnelles sur les marchés développés. Il y a encore beaucoup d'incertitudes concernant les réformes que l'administration Trump va mettre en œuvre. En Europe, on s'inquiète de la force actuelle de l'euro et de son impact négatif potentiel sur la relance de l'économie européenne. Néanmoins, le récent processus de normalisation poursuit sa trajectoire et nous nous intéressons progressivement aux gérants pro-cycliques qui sont, à notre sens, mieux positionnés pour exploiter les éventuelles mesures favorables aux entreprises promises par les nouveaux gouvernements aux États-Unis et en Europe.

STRATÉGIE GLOBAL MACRO

Les gestionnaires Global Macro ont enregistré de bons résultats en août, en raison de positions longues sur les « govies » (emprunts d’états), de transactions multidevises court-circuitant le dollar, de positions courtes sur les produits de base comme le pétrole et les denrées agricoles et de positions longues sur les métaux précieux. Les gérants discrétionnaires ont été en mesure de traverser l’année 2017 plus facilement que les gérants systématiques qui ont eu du mal à tirer profitdu marché des devises, des produits de base et des obligations. Les cours des actifs devraient selon nous continuer d’observer d’importantes fluctuations à mesure que les anticipations se matérialisent. Nos stratégies macroéconomiques seront capables d’exploiter et tirer parti de ces grands changements de marché, grâce à une hausse de la volatilité des taux et des devises. Notre poche Global Macro peut compenser notre exposition longue nette car elle investit dans différents facteurs de risque de nos fonds actions.

STRATÉGIES QUANT

Depuis le début de l'année, les stratégies quantitatives ont eu des difficultés à afficher des rendements positifs. Les modèles à long terme ont été les moins touchés par les récents revirements du marché à court terme. Les modèles de suivi de tendance à long terme ainsi que le portage ont souffert des fluctuations des devises. Les stratégies Momentum et Quality ont généré de belles performances en Europe ainsi qu’aux États-Unis. Les positions vendeuses de volatilité restent en positif mais, dans l’ensemble, une hausse de la volatilité permettrait d’augmenter le nombre d’opportunités au sein de notre poche quantitative.

ARBITRAGE DE PRODUITS DE TAUX

Nous avons maintenu inchangée notre allocation de l'arbitrage de produits de taux. À l’issue des élections présidentielles en France, le spread s’est resserré entre les taux français et allemands, et les spreads de swaps européens ont retrouvé leurs niveaux du mois de décembre 2016. À l’inverse, la volatilité s’est légèrement accentuée sur les taux d'intérêt dans la zone euro.
Le spread du Libor et des swaps indexés sur le taux à un jour aux États-Unis a de nouveau atteint des plus bas historiques et renoué avec son précédent régime de prix.

MARCHÉS ÉMERGENTS

Les marchés émergents offrent encore beaucoup d’opportunités d'investissement parmi les différentes classes d'actifs (devises, taux, positions individuelles actions et dette) Nos gérants macro marchés émergents ont réussi à générer de bons rendements en Asie et en Amérique latine. Le Brésil et le Venezuela ont connu d’importants pics de volatilité ces dernières semaines.

ARBITRAGE DE RISQUE - EVENT DRIVEN

Nous devenons plus positifs vis-à-vis de cette stratégie, mais restons toutefois conscients des risques liés à notre biais net acheteur des gérants « event ». Le nombre de transactions pourrait augmenter dans l’éventualité d’un renforcement d’un certain degré de déréglementation aux États-Unis et en Europe et si la confiance des chefs d'entreprises n'est pas affectée par les faux pas politiques. Dans un tel cas, les importants soldes de trésorerie des entreprises américaines affectés à l'étranger pourraient être rapatriés, voire utilisés dans le cadre d'acquisitions.

Les investissements dans les gérants « event » européens auxquels nous nous intéressons bénéficieront de la nécessité d'une importante croissance. En ce qui concerne l’arbitrage de fusions et acquisitions, nous privilégions les gérants moins statiques et davantage orientés vers des spreads plus larges, les marges moyennes des opérations s’étant significativement compressées.

ENTREPRISES EN DIFFICULTE

Nous sommes davantage optimistes vis-à-vis de la dette d'entreprises dite « distressed », qui profite de la hausse potentielle des taux d'intérêt et de la réduction des mesures de soutien. Le secteur de l'énergie, qui a fait l’objet d’émissions massives ces dernières années, a jusqu'ici présenté de nombreuses opportunités intéressantes en raison de la volatilité des cours pétroliers et de son impact sur ces titres. Dans le segment du commerce de détail, les entreprises de type « brick and mortar » (commerces physiques), durement touchées par les innovations technologiques, sont sujettes à de nombreux bouleversements.

STRATÉGIE LONG SHORT CRÉDIT & HIGH YIELD

La quête de rendement et l’environnement de taux proches de zéro voire négatifs continuent de soutenir vivement cette classe d'actifs mais la volatilité pourrait s’élever fortement si des changements rapides dans la politique monétaire surprennent le marché.