28 MARS

2018

Le nouveau président de la Fed, Jerome Powell, a confirmé la hausse prévue de 25 points de base des taux d’intérêt et a ainsi montré que la Fed semble être beaucoup plus optimiste pour l’avenir. Au cours des prochaines années, la combinaison croissance/inflation devrait être plus forte, les hausses de taux plus rapides et le taux cible médian à la fin de 2020 supérieur de 31 points de base à ce qu'il était il y a trois mois. En termes d'allocation d'actifs, cela implique une préférence pour une duration de courte durée, aucun affaiblissement significatif du dollar et un environnement favorable aux actifs risqués américains.


Plus forte

La déclaration du FOMC a confirmé que « les perspectives économiques se sont améliorées ces derniers mois ». Mais les membres de la Fed semblent être beaucoup plus optimistes sur le plus long terme, les perspectives sur la croissance, le chômage et l’inflation s’étant améliorées. La projection médiane du PIB a été révisée à la hausse de 20 points de base en 2018 à 2,7 % et de 30 points de base en 2019 à 2,4 % grâce aux mesures de relance budgétaire, tandis que le chômage était révisé à la baisse d'un dixième cette année à 3,8 % et de trois dixièmes l'an prochain à 3,6 %. Fait intéressant, l'inflation de base pour 2019 et 2020 a été relevée de 10 points de base à 2,1%. Le président de la Fed J.Powell semblait plutôt détendu au sujet des prévisions qui « peuvent changer en fonction de l'économie », ce qui implique que la Fed serait prête à accepter un léger dépassement de l'inflation.


Plus rapide et meilleure

Alors que la projection médiane du FOMC continue d'indiquer trois hausses pour 2018, les hausses de taux sont néanmoins appelées à s'accélérer. Nous constatons que 13 membres de la Fed sur 15 s'attendent maintenant à au moins trois hausses cette année contre 10 sur 16 il y a trois mois. De plus, la médiane pour 2019 se situe maintenant à 2,9  %, ce qui implique trois hausses de taux supplémentaires l'an prochain, soit une hausse de plus par rapport à décembre, tandis que la médiane pour 2020 est maintenant à 3,4 %, en hausse par rapport à celle de 3,1 % en décembre. Le nouveau président a minimisé l’usage du diagramme en points qui doit être considéré comme un outil et non comme une bible, précisant que les hausses de taux doivent rester graduelles et que les prévisions peuvent changer suivant les conditions économiques.


Conséquences

La nouvelle Fed de Powell veut laisser l'économie se développer. Les hausses de taux d'intérêt resteront graduelles tant qu’il n’y a pas d’accélération marquée de l’inflation reflétée dans les chiffres. Ce qu’il faut retenir est un resserrement de la Fed sur plusieurs trimestres, faisant obstacle à la dépréciation du dollar et impliquant une reprise de la hausse des rendements obligataires. La Fed a confirmé qu’à l’avenir, le contexte général reste favorable aux actifs risqués américains.