17 OCT.

2018

Asset Allocation , Asset Class

Baisse du marché américain : Mise à jour de notre stratégie multi-actifs

Une liste relativement longue de risques divers, associée à des positions extrêmes, a provoqué une forte baisse du marché des actions aux États-Unis le 10 octobre. Nous avions commencé à réduire notre exposition aux actions depuis début octobre et nous sommes maintenant passés à neutres. À ce jour, nous ne modifions pas notre avis positif à moyen terme sur les actions. 

CONTEXTE

Le 10 octobre, les indices Nasdaq et Dow Jones Industrials ont enregistré une forte baisse, perdant respectivement plus de 4 et 3 %. Il n’y a pas de catalyseur unique à cette forte baisse, mais plutôt une longue liste de risques, associée à des positions extrêmes. Au cours de ces derniers mois, la divergence de performance entre les États-Unis et le reste du monde a pris des proportions démesurées, amenant les suiveurs de tendance à détenir des positions fortement acheteuses sur les actions et les valeurs de croissance du marché américain, notamment dans le secteur des technologies.

Comme en février dernier, la chute des cours associée à la volatilité accrue observée depuis la fin de la semaine dernière a provoqué l’activation des ordres de stop-loss des fonds systématiques, entraînant d’importantes sorties de capitaux et un mouvement de vente généralisé en l’absence de quasiment tout acheteur, les fonds traditionnels « long only » et les entreprises (dans le cadre de leurs programmes de rachat d’actions) n’ayant pas encore commencé à acheter.

Il n’y a avait donc pas de raison fondamentale à cette forte baisse du marché, bien qu’il existe toujours des risques macro-économiques. Nous avons isolé deux risques. En premier lieu, du point de vue de la Fed, le marché avoisine ses records historiques, et elle n’a donc aucune raison de dévier de sa trajectoire de remontée graduelle des taux. Deuxièmement, le conflit commercial sino-américain s’est nettement durci.

 

ET ENSUITE ?

Dans la cadre de notre stratégie internationale d’allocation d’actifs, nous avons déjà réduit notre exposition aux actions depuis le 1er octobre pour passer à « neutre » actions, en réduisant notre exposition aux actions de 3 régions : la zone Euro, les US et les marchés émergents.
Au vu de l’évolution rapide du marché, nous devrons rester actifs et opportunistes.

Hormis les valorisations, il existe des catalyseurs qui peuvent impacter les performances des marchés boursiers, dont notamment le début de la période de publication des résultats du 3ème trimestre, qui obligeront les acteurs du marché à examiner les fondamentaux. Le redémarrage des rachats d’actions dans les prochaines semaines après une période d’interdiction aux États-Unis pourrait également s’avérer un catalyseur positif.
Malgré la hausse de la volatilité et des conditions de marché plus difficiles, nous n’avons pas modifié notre avis positif à moyen terme. Nous ferons preuve d’opportunisme et réévaluerons notre positionnement lorsque nous identifierons un tournant potentiel, qui pourrait ne pas être très éloigné des niveaux actuels.



AVIS POSITIF À MOYEN TERME

Les fondamentaux, qui sont déterminants pour la performance des marchés, sont toujours favorables. Le cycle économique se poursuit, les résultats des entreprises sont toujours en hausse et la valorisation des actions apparait relativement attrayante. Nos rendements prévisionnels à 1 an atteignent même quasiment des taux à deux chiffres pour les actions. Nous pensons qu’il existe toujours plus de potentiel à moyen terme dans la zone euro et sur les marchés émergents, car la prime de risque y est plus élevée.

Les principaux risques pesant sur notre scénario de base modérément haussier comprennent un arrêt brutal de l’expansion actuelle, un resserrement extrême de la liquidité de l’USD et des tensions géopolitiques hors de contrôle. Nous conservons pour le moment une duration courte pour limiter l’impact de la volatilité des taux d’intérêt et un biais négatif sur les obligations, à l’exception de la dette des marchés émergents.