20 JUIL.

2017

Actions , Stratégies d'investissement mensuelles , Thèmes

L’Europe consolide après un bon premier semestre



Synthèse

La performance des marchés était à l’équilibre en juin ; seule l’Europe a corrigé ; les pays émergents restent à l’équilibre grâce au poids de l’Asie.

La saison des résultats approche, et certains analystes profiteront peut-être de cette perspective pour revoir à la baisse certaines de leurs prévisions. Nous pensons cependant que les résultats du second trimestre seront satisfaisants, en particulier en zone euro.

Le Royaume-Uni subit les pires révisions des analystes, en comparaison avec les autres régions.

La croissance européenne devrait être supérieure à celle des Etats-Unis, sur un horizon de douze mois.

 

Stratégie Europe

L’Europe consolide après un bon premier semestre

La zone euro reste le marché le plus attractif selon nous.
Les flux d’investissement ont été un peu décevants en juin, mais conservent tout leur potentiel.
La zone euro reste la région privilégiée de notre allocation du portefeuille d’actions.

Nous continuons à investir dans les sociétés exposées à la bonne santé de l’économie européenne, ou du moins sur le continent (nous restons plus réservés sur le Royaume-Uni).

Nous observons deux phénomènes intéressants dans le secteur financier.
Le premier est la perspective de la remontée des taux, sans doute légère, mais suffisante pour aider les banques à améliorer leurs marges. Nous pensons que cette pentification de la courbe des taux d’intérêt est insuffisamment valorisée par le marché. L’Espagne et l’Italie présentent à cet égard un beau potentiel.
Le second phénomène est le probable report de la mise en place de certains cadres règlementaires, tels que Bâle IV, ce qui pourrait soulager le secteur.
En conséquence, nous restons positifs sur les banques, repassons ‘neutres’ sur les assurances, et redevenons surpondérés sur le secteur financier européen dans son ensemble.

Par ailleurs, le secteur de la santé, sur lequel nous avons été très surpondérés ces derniers mois, a connu une hausse spectaculaire. Il nous semble opportun de prendre quelques bénéfices, étant donné que le potentiel s’est en grande partie exprimé, et que le secteur pourrait être freiné en cas de hausses des taux.
En conséquence, nous ramenons le secteur de la santé à ‘neutre’ (contre ‘surpondéré’ précédemment).

Pour le reste , notre allocation européenne reste inchangée

  • Certaines valeurs cycliques européennes, sont surpondérées, comme les services aux consommateurs ; nous sommes cependant neutres envers l’industrie.
  • Nous pensons que la technologie reste un bon investissement à moyen terme.
  • Nous restons prudents sur le secteur de l’énergie ; à long terme, le secteur n’est pas rentable vis-à-vis de son coût de capital.
  • Nous restons à l’écart des télécommunications et des services aux collectivités.

Stratégie US

https://s.yimg.com/pw/images/candy_findr_next_selected.gif

Un mois de juin à l’équilibre, soutenu par la santé et la finance

Les Etats-Unis connaissent une des plus longues périodes de croissance ininterrompue de leur histoire moderne. Le moins de juin marque une pause, mais les bonnes performances de la santé, et surtout de la finance ont maintenu les indices globaux.

Notre surpondération de la santé et des industries s’est une fois de plus avérée payante.

Nous étions sous-pondérés sur des secteurs comme les télécommunications et les infrastructures ; ces deux secteurs présentent les pires performances mensuelles côté US.

Seule ombre au tableau, l’IT reprend un peu son souffle.

Globalement, nous maintenons les grandes lignes de notre allocation tactique.

  • Le secteur financier reste à ‘neutre’ mais nous continuons de le surveiller de près.
  • Nous maintenons notre sous-pondération des secteurs présentant peu de potentiel, à savoir les télécommunications et les services aux collectivités.
  • A part le secteur des télécommunications, que nous évitons en particulier, les secteurs se démarquent un peu moins que durant les mois précédents tant en surpondération qu’en sous-pondération, une partie du chemin ayant été parcourue.
  • Les valeurs énergétiques présentent toujours trop peu de potentiel pour être achetées.
  • La technologie reste un moteur moyen terme, même si celui-ci a sans doute besoin de respirer de temps à autre.

Stratégie Marchés Émergents

L’Asie soutient la zone, le Brésil présente des risques politiques

Les marchés émergents ont repris leur souffle après une belle performance depuis le début de l’année.

Une fois encore, l’Asie se distingue, en étant relativement stable. Le Mexique s’est bien comporté, mais la performance de l’Amérique latine est tirée vers le bas par le Brésil, dont la situation politique reste préoccupante.

  • Nous maintenons notre sous-pondération des télécommunications, qui souffrent comme dans toutes les autres régions du monde.
  • Nous maintenons par ailleurs notre biais cyclique et en particulier technologique, afin de continuer à profiter du climat positif mondial.
  • Notre allocation reste inchangée : le Brésil est surveillé de près, suite aux tensions politiques ; l’Amérique latine reste à ‘neutre’.