20 FÉVR.

2018

Actions , Johan Van Der Biest , Thèmes

La rengaine de la techno : In ou Out?

Le secteur de la technologie a représenté une opportunité d’investissement extrêmement profitable durant de nombreuses années, même en tenant compte du krach de l’an 2000. Si l’on examine, en particulier, l’excellente performance du secteur en 2017, il convient de prendre un peu de recul afin de déterminer si la frénésie entourant ce segment est exagérée ou non. La capitalisation boursière actuelle du secteur est-elle disproportionnée par rapport à la réalité sous-jacente?

Il est clair que la technologie évolue constamment et qu’elle a une influence grandissante sur notre vie quotidienne. Pensez tout simplement à votre smartphone, avec toutes les applications que vous utilisez quotidiennement, ou encore à la façon dont l’intelligence artificielle aide à prévenir la fraude aux cartes de crédit ainsi qu’à la manière dont les capteurs et les caméras améliorent la sécurité de la conduite automobile. L’évolution technologique a permis d’améliorer les habitudes de vie et de travail. Ceci constitue, selon nous, l’objectif ultime de chaque innovation technologique: améliorer notre qualité de vie.

La révolution numérique

Ces dernières années, nous avons observé l’arrivée sur le marché d’une panoplie de nouveautés : allant de l’internet des objets (IdO), de la conduite autonome et de la réalité virtuelle (RV) à la chirurgie robot-assistée, aux mégadonnées et à l’intelligence artificielle (IA). La raison pour laquelle ces applications n’arrivent sur le marché que maintenant réside dans la mise à disposition, à l’heure actuelle, d’une capacité de traitement et de stockage informatiques quasiment illimitée. Ce n’est qu’en ce moment même que chaque secteur, chaque société, chaque département au sein de chaque entreprise et que chaque individu peut vraiment ressentir l’impact de cette révolution technologique. Subitement, le marché final pour le secteur de la technologie connaît une croissance spectaculaire, laquelle va perdurer. Cette croissance représente l’argument principal derrière notre positivisme à long terme à l’égard de ce secteur.

Le rally technologique est-il exagéré?

La question essentielle aujourd’hui consiste à savoir si ces tendances séculaires ont été complètement intégrées dans les cours actuels ou non. Les investisseurs de longue date vont systématiquement se référer à l’explosion de la bulle technologique en mars 2000. Ils se souviendront des valorisations élevées, des dépenses effrénées en matière d’investissement, et d’une croissance vertigineuse des prévisions de chiffres d’affaires. Cette évolution a été déclenchée par l’avènement d’internet et de nombreux investisseurs ont occulté des concepts fondamentaux que sont la valorisation, le niveau d’endettement ou le risque. Il fallait surtout ne pas manquer le train de l’internet et celui de la chaîne logistique qui lui est associé. Sans surprise, la capitalisation boursière totale du secteur de la technologie rapportée à celle du marché dans son ensemble a plus que triplé en seulement 5 ans (fig. 1). Nul besoin de rappeler ce qu’il s’est passé lorsqu’un grand nombre de ces sociétés se sont retrouvées à court d’argent, car elles étaient incapables de répondre aux ambitieuses promesses de profitabilité qu’affichaient leurs modèles d’affaires respectifs.

Nous sommes convaincus d’être très loin du scénario de la bulle de l’an 2000. Le secteur a tiré les enseignements du passé et s’est complètement réinventé. La consolidation massive qui s’est produite à la suite de cette bulle est toujours en cours. Un exemple parmi d’autres, le segment des mémoires pour semi-conducteurs où le nombre d’acteurs importants est passé d’environ 25 à 3. L’impact sur la profitabilité des sociétés restantes est facile à comprendre.  

Les indicateurs classiques tels que le ratio cours/bénéfices, la marge opérationnelle et la croissance prévisionnelle du chiffre d’affaires se situent tous à des niveaux beaucoup plus réalistes et très éloignés de ceux atteints au tournant du XXIè siècle (fig. 2). Dans le tableau ci-dessous, nous comparons les données pour le segment agrégé des semi-conducteurs, lequel représente un substitut pour l’ensemble du secteur de la technologie.

Dernier point, mais non des moindres, le poids du secteur de la technologie par rapport à l’ensemble du marché actions américain a augmenté progressivement (il est encore bien inférieur au niveau atteint durant les années 2000) mais, cette fois-ci, l’évolution des bénéfices du secteur a enregistré une hausse bien plus importante. Sur un horizon de 20 ans, le poids du secteur de la technologie a triplé, alors que les bénéfices ont été multipliés par plus de neuf.

Des supports à long terme

L’innovation inégalée qui est en train de se produire est loin d’être achevée. Des voitures entièrement autonomes, des drones qui vous livreront la marchandise commandée sans aucune intervention humaine, des ordinateurs quantiques, dont la puissance sera des millions de fois supérieure aux ordinateurs les plus récents, ou des robots intelligents qui pourront être utilisés à l’intérieur du corps humain – pour réaliser des biopsies ou administrer des médicaments – voilà quelques exemples indiquant que nous n’en sommes qu’aux prémices de ce qu’il sera possible de faire à l’avenir. Cette évolution technologique va continuer de stimuler les chiffres d’affaires, les marges et la génération de liquidités dans le secteur de la technologie en général. Le niveau de valorisation actuel nous semble adéquat, mais nous ne pouvons écarter la possibilité d’une correction ponctuelle, compte tenu de la surperformance importante du secteur, surtout en 2017. Dans le même temps, nous restons convaincus que le secteur continue de mériter l’attention des investisseurs et qu’il constitue une opportunité d’investissement attrayante, au regard des nombreux moteurs de croissance séculaires.