14 DÉC.

2017

Equities , Asset Class

Performance positive pour les États-Unis




En résumé

  • Galvanisés par la réforme fiscale, qui semble imminente, les États-Unis s’en sont relativement bien sortis en novembre, atteignant des nouveaux sommets, tandis que l’Europe a connu quelques difficultés sur fond de préoccupations politiques, de révisions des bénéfices en sens divers et d’une légère appréciation de l’euro.
  • Les marchés émergents ont sous-performé les marchés développés, le secteur de la technologie ayant, pour la première fois en 2017, apporté une contribution négative en raison de prises de bénéfices globales dans ce segment.



Stratégie régionale - Europe

Préoccupations politiques et euro fort

Les actions européennes se sont, pour une fois, consolidées en novembre, sous-performant les autres marchés développés.

Étant donné qu'une solution politique se profile à l'horizon pour l’Allemagne et pour autant que l’euro ne gagne pas trop en vigueur, les actions européennes pourraient se redresser dans les semaines à venir ; le contexte, marqué par un redressement de l’économie de la région, qui favorise l’amélioration continue de la rentabilité des entreprises, reste en effet très favorable.

À l’instar de quelques autres investisseurs mondiaux, nous avons temporairement pris quelques bénéfices dans la technologie, mais nous continuons de penser que les fondamentaux demeurent solides. Nous avons également diminué notre exposition aux produits de consommation discrétionnaires, compte tenu des risques baissiers notables dans le segment des biens de luxe.

Les valeurs financières restent suivies de près : les valeurs bancaires et d’assurance restent massivement surpondérées dans les portefeuilles des investisseurs européens et affichent un prix (à tout le moins) correct. Les risques liés à la réglementation et les pressions sur les marges n’ont pas été compensées par les perspectives de croissance.

Prenant en compte les niveaux de tension très élevés, nous avons réduit nos positions dans l’immobilier britannique et sommes désormais surpondérés dans le secteur immobilier global en Europe.

Pour le reste, nous continuons d’accorder la préférence, sur une base sélective, à certaines sociétés de biens de consommation et de produits personnels. 





Stratégie régionale - États-Unis

La réforme fiscale se rapproche  et redressement temporaire des segments en retrait

Pour une fois, les télécommunications et biens de communication de base, traditionnels segments en retrait en 2017, ont été les meilleurs secteurs du mois de novembre (galvanisés par des perspectives de rééquilibrage et de réforme fiscale).

Nous avons, sur le plan tactique et sur une base temporaire, pris nos bénéfices dans la technologie, en prenant en compte les niveaux élevés, mais nous restons confiants face aux fondamentaux. Nous pourrions nous tourner à nouveau vers ce secteur après une certaine consolidation. Les technologies de l’information ne vont pas bénéficier (ou en bénéficieront dans une moindre mesure) des réformes fiscales américaines, mais continuent de receler du potentiel sur le long terme.

Nous conservons notre position surpondérée dans le secteur des soins de santé, vu que la tendance sous-jacente reste solide, mais ramenons notre exposition aux valeurs industrielles à neutre, vu que les perspectives pour 2019 pourraient être source de certains troubles et nervosité.






Stratégie régionale - Marchés émergents

Les valeurs technologiques se consolident aussi dans les les marchés émergents

Les marchés émergents ont signé une sous-performance en raison des reventes à l’échelle mondiale de valeurs technologiques. Cette correction a principalement touché Taïwan et la Chine.

Des préoccupations géopolitiques concernant la Corée du Nord et le Moyen-Orient ont incité les investisseurs à s’écarter des valeurs technologiques, affectant des poids lourds des indices asiatiques.

L’initiative prise par les États-Unis de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, en dépit d’avertissements d’alliés du Moyen-Orient (dont l’Arabie saoudite et la Turquie) quant aux répercussions d’une telle décision, a renforcé les inquiétudes des investisseurs.

Mais nos convictions demeurent globalement inchangées :

Sur la base d'une vision positive des bénéfices et compte tenu du fait que de nombreux investisseurs globaux restent sous-pondérés, nous restons favorables à cette catégorie d’actifs, en dépit de la possibilité de certaines prises de bénéfices, comme nous l’avons constaté dans le secteur de la technologie, ou suite aux propositions de réforme fiscale américaine. Nous continuons dès lors à nous concentrer sur les actions de qualité présentant un profil de croissance solide et durable.